La folle histoire du module B3 Le Palais de la Princesse Argenta

Module B3 orange

La folle histoire du module B3

Le module B3

La version parue dans le commerce

Tous les joueurs de D&D connaissent le scénario « le palais de la princesse Argenta » fameux module à la couverture verte écrit pas Tom Moldvay et Jean Wells. Par contre tous ne savent pas que cette version est en réalité la seconde ! La première version écrite uniquement par Jean Wells et à la couverture orange a vu tous ses exemplaires détruits peu de temps après leur impression. Mais que s’est-il passé pour que tous ces livres soient supprimés ?

Retour dans les années 1980

À l’aube des années 80 la croissance de Donjons & Dragons est impressionnante, les ventes atteignent des sommets. D’après ce qui a été raconté, Gary Gygax bien que ravi de la santé du jeu trouvait son public trop masculin et souhaitait que la gente féminine s’intéresse plus à Donjons & Dragons. C’est pourquoi Gary Gygax aurait recruté Jean Wells qui fût la première femme embauchée en tant que « game designer » chez TSR. Après avoir travaillé sur différents projets (comme le module B2 avec Gary Gygax), Jean Wells se voit confier l’écriture complète d’un module, le B3.

Une histoire d’illustrations 

Module B3 orange

La version orange qui à été détruite

Wells se lance dans la conception de son scénario. Tout comme pour les modules B1 et B2 elle laisse plusieurs salles et zones vides afin que les joueurs puissent personnaliser ces éléments du donjon à leur guise.

Au cours du processus éditorial, Wells se rend compte que Erol Otus a transformé ses « monstres à trois têtes » en créatures hermaphrodites dont les têtes ressemblent étrangement aux cadres de la direction de TSR. Wells a tenté de faire modifier cette illustration mais sa demande n’a pas abouti sous prétexte que cela créera des retards d’impression.

Le module est imprimé et envoyé au siège de TSR et quelques exemplaires sont distribués au personnel. Alors que le module s’apprête à être expédié, tous les exemplaires sont récupérés et envoyés à la destruction…

Que s’est-il passé ?

Lorsque l’aventure a été distribuée au personnel, l’un des cadres supérieurs a été choqué par le contenu trop ouvertement sexuel de certaines illustrations. On ne sait pas qui est ce cadre mais il a ordonné la saisie et la destruction de tous les modules. Seulement quelques copies ont été sauvées par le personnel de TSR.

B3.illustration1

« The Illusion of the Decapus » cette illustration était considérée comme S&M à l’époque

Une autre histoire raconte que c’est l’illustration des hermaphrodites qui a vexé les dirigeants de TSR. Surtout que plusieurs illustrations publiées dans d’autres productions TSR sont sûrement plus osées que celles du B3 orange.

On peut se demander pourquoi Erol Otus a modifié son illustration d’origine afin de caricaturer les cadres de TSR ?

La seconde version

b3.herma

La fameuse caricature des cadres de TSR. Est-ce bien Gary Gygax en haut à gauche ?

Le module entier a été réécrit par Tom Moldvay qui a changé l’intrigue et supprimé les zones vides, la version orange a été la dernière production TSR avec des « zones vides » et est donc le dernier module « bac à sable » produit. Moldvay a également remplacé tous les montres de Wells par des monstres standards issus des règles. Cette version a ensuite été imprimée avec une couverture verte, celle qui est connue de tous.

Qu’est devenu Jean Wells ?

Jean Wells et son rédacteur en chef Ed Sollers ont été convoqués dans le bureau de Kevin Blum afin d’expliquer pourquoi un module conçu pour un public jeune contenait des illustrations osées voire SM.

Suite à cet incident Wells fut reléguée a des tâches de secrétariat et finit par quitter TSR.

Conclusion

Le module orange se vend très cher, en 2008 un exemplaire a été vendu pour plus de 3 000 $. Actuellement sa cote est retombée mais un exemplaire comme neuf vaut encore 1 500 $.

Source :

https://archive.is/20110629070516/http://www.wizards.com/dnd/article.asp

https://en.wikipedia.org/wiki/Palace_of_the_Silver_Princess

 

Be the first to comment

Leave a comment